Michel Couvreur Intravaganza 50%vol

Aujourd’hui nous allons nous intéresser à un embouteilleur indépendant belge, j’ai nommé Michel Couvreur. Ce grand homme pensait toujours que c’est la sélection du fût et son influence sur le whisky qui donne la quasi-totalité de la qualité du whisky, le reste étant le fruit de la distillation. C’est pour cette raison que Michel Couvreur mettait beaucoup de passion et d’énergie dans la sélection de ses fûts. Malheureusement il nous a quitté en 2013 et c’est maintenant son gendre Cyril Deschamps qui gère la maison d’une main de maître associé avec son maître de chai Jean-Arnaud Frantzen.

Les whiskys des chez Michel Couvreur ont la particularité d’être des jus provenant d’Ecosse mais ces derniers sont principalement élevés dans des fûts de Xérès mais aussi parfois de Porto voir du Vin jaune du Jura qui sont ensuite stockés en Bourgogne et plus particulièrement à Bouz-lès-Baune. La particularité de cette cave est que les différentes zones qui la compose ne sont pas toutes dans les mêmes conditions, c’est-à-dire que certaines sont plus humides tandis que d’autres se révèlent être plus sèchent. Ce qui va permettre de proposer un travail d’assemblage et de création des plus intéressant et diversifiant. La gamme de whiskys qui est proposée va des blended malts mais aussi à des single malts tout en passant par des single casks également. Autant vous dire qu’avec cette gamme il y en a pour tous les goûts.

Aujourd’hui je vais vous proposer la dégustation de l’Intravaganza 50%vol qui est un single malt de ans qui a séjourné dans des fûts de Xérès mais également de Moscatel. Nous allons donc retrouver ici un whisky jeune avec un profil très fruité et gourmand. Il a été élevé dans les parties les plus humides de la cave en Bourgogne afin de pouvoir permettre une évaporation plus intensive de l’alcool et ainsi obtenir un produit beaucoup plus rond avec une bouche très douce.

intravagan-za-whisky-michel-couvreur
Crédit Photo: Au Jardin Vouvrillon

Pays: France

Région: Bourgogne

Distillerie: Jus venant d’Ecosse

Embouteilleur: Michel Couvreur

Distillation: Alambic

Bouteilles produites: pas d’infos

Prix: 60 – 70 euros

Couleur: Doré

Aspect: Larmes fines

NezFruité ( Fruits secs, pruneau, figue séchée) Boisé (Bois humide), Céréale (Amandé, Frangipane)

BoucheFruité (Poire, pruneau, abricot sec ) , Céréale (Amande) Notes Chaudes(Miel, Pain grillé)

Finale: Moyenne, Fruité ( Pruneau, prune, poire) Céréales (amande, légèrement crème pâtissière)

Intravaganza

Bilan de la dégustation: Ce whisky malgré son jeune âge de trois année, fait déjà preuve de beaucoup de complexité avec cette succession de notes de fruits qui accommode parfaitement avec le côté céréaliers bien présents. Le côté soyeux et onctueux en bouche apporte cette sensation de vieux malt en bouche ce qui est très plaisant pour un whisky de cet âge. Le vieillissement en fut de Moscatel apporte plus de profondeur que son cousin le Clearach de la même gamme que je vous invite aussi à découvrir. Je voulais vraiment vous parler de ce whisky et vous faire découvrir cette marque car le travail est vraiment parfait et je pense que la Gamme Michel Couvreur est à mettre en avant et à découvrir surtout car il y a beaucoup de belles choses à déguster! De plus les prix restent vraiment très abordables surtout pour des produits de cette qualité! Je recommande fortement!

English Version:

Today we are going to be interested in an independent Belgian bottler, I have appointed Michel Couvreur. This great man always thought that it was the selection of the cask and its influence on the whisky that gave almost all the quality of whisky, the rest being the fruit of distillation. It is for this reason that Michel Couvreur put a lot of passion and energy into the selection of his barrels. Unfortunately he left us in 2013 and it is now his son-in-law Cyril Deschamps who manages the house with a master hand associated with his cellar master Jean-Arnaud Frantzen.

Michel Couvreur’s whiskies have the particularity of being juices from Scotland but the latter are mainly aged in barrels of Sherry but also sometimes of Port or Jura Yellow Wine which are then stored in Burgundy and more particularly in Bouz-lès-Baune. The particularity of this cellar is that the different zones which compose it are not all in the same conditions, that is to say that some are wetter while others turn out to be drier. This will make it possible to propose an assembly and creation work of the most interesting and diversifying. The range of whiskies that is offered ranges from blended malts but also single malts while going through single casks as well. You might as well say that with this range there is something for everyone.

Today I will propose you the tasting of the Intravaganza 50%vol which is a single malt of years that stayed in barrels of Sherry but also of Moscatel. We will therefore find here a young whisky with a very fruity and greedy profile. It was raised in the wettest parts of the cellar in Burgundy to allow a more intensive evaporation of alcohol and thus obtain a much rounder product with a very soft mouth.

intravagan-za-whisky-michel-couvreur
Credit Photo: Au Jardin Vouvrillon

Country: France

Region: Burgundy

Distillery: Juice from Scotland

Bottler: Michel Couvreur

Distillation: Alembic

Bottles produced: no info

Price: 60 – 70 euros

Color: Gold

Appearance: Fine tears

Nose: Fruity (dried fruit, prune, dried fig) Woody (moist wood), Cereal (Almond, Frangipane)

Palate: Fruity (Pear, prunes, dried apricot), Cereal (Almond), Brown notes (Honey, Toasted bread)

Finish: Medium, Fruity ( Prune, plum, pear) Cereals (almond, light pastry cream)

Intravaganza

Conclusion: Despite its young age of three years, this whisky already shows a lot of complexity with this succession of notes of fruits which perfectly accommodates with the cereal side well present. The silky and unctuous side in mouth brings this sensation of old malt in mouth what is very pleasant for a whisky of this age. The ageing in Moscatel barrel brings more depth than its cousin the Clearach of the same range that I also invite you to discover. I really wanted to talk to you about this whisky and make you discover this brand because the work is really perfect and I think that the Michel Couvreur Range is to be highlighted and discovered especially because there are many beautiful things to taste! Moreover the prices remain really very affordable especially for products of this quality! I highly recommend!

 

Publicités

Rencontre avec Sylvie propriétaire de « L’Univers de la Guildive » à Antibes (06)

Après avoir interviewé le Blogeur Roger je vous propose de partir aujourd’hui à la rencontre de la propriétaire de l’unique cave à rhums des Alpes Maritimes (qui devient la boutique tous genres confondus dans laquelle je vais le plus souvent maintenant). En effet cette cave a vu le jour il y a moins d’un an mais est déjà pas mal fréquentée par les amateurs. Rencontre avec Sylvie la Responsable de la cave « L’univers de la Guildive »

IMG_2714

 

  • Bonjour Sylvie et merci de m’accorder quelques minutes pour cet entretien avec vous. Tout d’abord pourriez-vous nous parler un peu de la cave que vous avez ouverte sur Antibes

 

Bonjour Cyril, c’est un plaisir d’échanger avec vous, car je vous sais passionné !!Et bien je suis agréablement surprise de l’accueil qui m’a été réservé et de la fréquentation de plus en plus importante, je fais des rencontres fabuleuses et je continue d’apprendre, car si je suis conseillère pour mes visiteurs mais j’apprends aussi de mes clients et c’est exactement ce que je souhaitais en ouvrant cette cave, échanger !!

 

  • Cette passion pour le rhum n’est pas nouvelle je suppose, pouvez-vous nous raconter votre première rencontre avec ce spiritueux ?

 

Et bien cette passion a commencé en 2001 lorsque je suis partie vivre en Guadeloupe, j’ai vu des champs de cannes brûler avant la coupe, mon odorat a été séduit immédiatement et j’ai alors commencé à écouter les histoires autours de la canne, son histoire… et puis j’ai appris à découvrir différents rhums blanc, ambrés vieux etc… j’ai visité les distilleries… bref j’étais conquise… et puis il y a deux ans j’ai cessé mon métier et bien sûr il était évident que je devais vivre enfin cette passion et la partager .. Une cave naissait, ma cave !

 

  • Si vous deviez choisir trois rhums à avoir obligatoirement goûté et à posséder chez soi lesquels seraient-ils et pourquoi ? (question pas évidente je le concède)

 

Le santa Térésa 1796 pour son bel équilibre et sa rondeur, c’est un solera que j’apprécie beaucoup et j’aime l’histoire de cette distillerie du Vénézuela.

Le Genesis rhum blanc Longueteau de canne rouge, brut de colonne qui titre à 73.5° et donc non réduit, j’étais à la distillerie pour la première bouteille, c’est un vrai coup de cœur, sa puissance en bouche ne laisse aucun doute et sa longueur sur les épices et voir un peu poivré est top.

Le Damoiseau 2009, la carafe Reimonenq cuvée prestige vieilli 9 ans également, le Bologne hors d’âge… et bien d’autres de Martinique aussi. C’est difficile.

Je suis plus jus de canne que mélasse en fait. (à part le Santa Térésa) 🙂

 

  • Avez-vous eu récemment un coup de cœur sur un rhum sorti il y a peu de temps ?

Oui comme vous l’avez compris ——- le Genesis assurément.

 

  • Nous vivons actuellement une période d’explosion commerciale en termes de mise sur le marché de nouveaux rhums. Comment faites-vous pour suivre les nouvelles sorties ? Le rythme pour référencer de nouvelles bouteilles ne doit pas être évident à suivre ?

 

Du fait de ma jeunesse sur le marché, je me laisse porter par les clients, je lis les articles de Rumporter, j’écoute mes fournisseurs, je fais les salons bien sûr, bref je reste le plus possible à l’écoute du marché, mais le client est et reste le meilleur indicateur.

 

  • La tendance actuelle est à la transparence du produit au niveau de sa composition mais aussi au niveau de l’étiquetage. Sensibilisez-vous les clients qui viennent vous voir à ce sujet notamment lorsqu’ils sont plutôt attirés par une bouteille au packaging tape à l’œil mais à la qualité du jus assez faible par rapport à une bouteille plus classique mais au jus de très bonne qualité ?

 

J’écoute ce que le client me dit, je le laisse s’exprimer et selon j’interviens avec des dégustations pour l’aider à découvrir son palais et selon ce qu’il aura exprimé – rond, tendu, mélasse, jus de canne etc…on s’éloigne alors du packaging et on s’intéresse au jus, et du coup l’effet mode peut totalement s’éloigner.. c’est la force d’une cave en fait… se parler, écouter et conseiller … mais il est primordial de respecter les goûts de chacun.. sans jugement !

 

  • Le métier de caviste n’est pas évident surtout avec la concurrence d’internet, d’après vous quelles sont vos points forts qui peuvent permettre aux clients de venir chez vous plutôt que de commander sur Internet ?

 

Internet s’est bien mais vous n’avez pas le conseil, les échanges, et la dégustation, et puis il faut attendre son colis, les clients viennent et reviennent car ils trouvent tout cela ici et je ne suis pas vraiment plus chère que sur internet, car il n’y aura pas les frais de livraison et les samples à acheter avant les commandes en ligne, chez moi on gagne du temps et on repart avec sa sélection de suite.. après différentes dégustations en plus…… et bien sûr l’échange que vous ne pouvez avoir sur le net…

 

  • Vous avez lancé il y a peu de temps un partenariat avec un chocolatier de la ville de Grasse pouvez-vous nous en parler un peu plus ?

 

Oui je crois beaucoup en leurs produits, nous devons développer ensemble un ou deux chocolat dédié à ma cave, car le chocolat et le rhum offrent une association de gourmandise et chacun souligne les arômes de l’autre.. il faut des chocolats 70% minimum…

J’aime le fait qu’ils aient leurs propres fèves et que la chaîne de production soit totalement maîtrisée par eux. leurs chocolats sont absolument exquis..

 

  • Pour conclure avec cet entretien quels sont vos projets pour cette belle et jeune cave à moyens et plus longs termes ?

Continuer de rentrer des références, de visiter des distilleries pour ramener des pépites… et enfin commencer les after work avec 7 à 8 cocktails pas plus, en association avec une personne qui va me fournir les produits antillais que je servirai sous forme d’ardoise avec les boissons, il y aura aussi des plats à commander et emporter les week end. du 100% antillais. et continuer de faire mes animations planteurs les samedi et dimanche qui rencontrent un vif succès et que les clients ont pris l’habitude maintenant d’acheter pour leurs apéritifs maison 🙂

On me demande de développer mon enseigne dans d’autres villes, j’y réfléchis sérieusement….

  • Si vous souhaitez rajouter quelques mots je vous en prie vous avez la parole

 

Cette aventure est fabuleuse et au-delà de ce que je pouvais imaginer, les français aiment de plus en plus le rhum et sont ouverts pour découvrir des nouveautés et voyager gustativement.

Je me régale à bien des égards……..jolie fin de carrière !

Merci Cyril d’être venu vers une toute “jeune” caviste …. 🙂

 

Merci beaucoup pour cet entretien Sylvie et je vous souhaite pleins de bonnes choses dans cette aventure que vous avez lancée avec « L’Univers de la Guildive ». A très bientôt